« Nous mettons en tension nos ressources financières pour la reprise de l’activité économique »

Le bureau politique du Comité de bassin a accueilli très favorablement le plan d’accélération «Eau 2021» qu’il avait souhaité voir déployer au plus vite.

«L’objectif de ce plan de reprise est à la fois de stimuler les travaux des services d’eau et d’assainissement sous l’effet de modalités d’aides attractives, limitées dans le temps pour  accélérer la réalisation des actions identifiées comme prioritaires et soutenir l’emploi local» a commenté Claude Gaillard, président du Comité de bassin Rhin-Meuse. «J’ai aussi souhaité que soient amplifiées les actions en faveur de la transition écologique des territoires au cœur des interventions de l’agence de l’eau, et des mesures nouvelles pour préparer l’avenir et anticiper les crises futures -notamment d’origine climatique. C’est donc un programme d’actions complet et ambitieux doté de 60 M€ qui est proposé à tous les partenaires de l’agence de l’eau mais également à de nouveaux bénéficiaires potentiels dans un moment d’exception faisant écho à cette crise mondiale inédite

Dans un souci d’accroître l’effet levier des financements publics, une articulation sera recherchée avec le plan de soutien du BTP décliné par les préfets de département sous l’égide de la préfète de région, et pour lequel des enveloppes financières sont disponibles. «Cette initiative est un puissant signal sur la complémentarité des aides qui vont nous permettre de satisfaire un maximum de demandes ; la contrepartie étant la nécessité d’une mobilisation active et rapide des maitres d’ouvrage et en particulier des nouveaux exécutifs municipaux et intercommunaux pour pouvoir en bénéficier

Le bureau politique du Comité de bassin  a souhaité qu’un suivi précis soit porté à la réalisation du plan d’accélération «Eau 2021» afin de procéder à des arbitrages si nécessaires.

Les membres du bureau politique du Comité de bassin ont pris connaissance de l’avancée de l’avant-projet du futur plan de gestion des eaux qui sera présenté au «parlement de l’eau» le 16 octobre prochain. Ce travail d’actualisation a été mené dans un cadre d’interaction permanent et de groupes de travail mêlant experts et décideurs. Ce document de planification pour les années 2022-2027 projette un bon état écologique pour au moins 46% des masses d’eau (tout ou partie d’un cours d’eau) soit 20 points de plus que la situation actuelle. Les premiers chiffrages font état d’un montant de 1,8 milliard d’euros pour réaliser ces actions nécessaires à l’atteinte du bon état des eaux.
Le président Gaillard a tenu à remercier les équipes de l’agence de l’eau mobilisées sur ce travail «titanesque.»

Enfin, la future composition des Comités de bassin a été présentée. Les modifications portent sur les représentations au sein des 3 collèges : collectivités, usagers de l’eau et Etat. La nouvelle assemblée ainsi constituée se réunira le 7 décembre 2020 après désignation de la liste des membres par la préfète coordinatrice de bassin sur proposition des corps constitués.


Prochaine séance du Comité de bassin : 16 octobre 2020