Edition 2019 Grand Est, les Agences de l’eau et la Région récompensent 260 communes et 37 gestionnaires d’espaces

                                                

 

Les cérémonies ont eu lieu à Eschau (67), Marly (57) et Fagnières (51)

 

Initiée en 2011 par la Région et les agences de l’eau, la distinction « Commune Nature », à l’échelle du Grand Est, concerne directement 5 000 communes, communautés de communes et agglomérations du territoire pour les amener vers de nouvelles pratiques en matière de non-utilisation de pesticides pour la gestion des voiries, des espaces verts et autres espaces publics. Au total, pour cette édition 2019, 296 collectivités ont été distinguées, dont 260 communes et 37 gestionnaires d’espaces à l’échelle de la Région Grand Est.

Au-delà des obligations réglementaires qui s’imposent désormais à tous, cette distinction donne l’opportunité aux communes et gestionnaires d’espaces de faire reconnaître leur engagement volontaire, l’implication de leurs équipes, les solutions mises en œuvre, etc., auprès du grand public de plus en plus sensible à la protection de l’environnement.

Commune Nature, une démarche d’encouragement

La réduction de l’utilisation des pesticides est une nécessité au regard de leurs effets sur la santé humaine, sur l’environnement, l’eau, la biodiversité et les services écosystémiques qui en dépendent.

La récente loi, dite loi Labbé, prévoit que l’État, les collectivités territoriales et leurs groupements, ainsi que les établissements publics ne peuvent utiliser ou faire utiliser des produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des espaces verts, des forêts, des voiries ou des promenades accessibles ou ouverts au public depuis le 1er janvier 2017, en dehors des exceptions prévues par la loi. Restent autorisés, les produits de bio contrôle (c’est- à-dire ceux qui utilisent les mécanismes naturels), les produits qualifiés à faibles risques et ceux utilisables en agriculture biologique.

La démarche Commune Nature intègre dans ses modalités tout naturellement cette nouvelle réglementation (correspondant au niveau 1), mais elle affiche un objectif plus ambitieux en incitant les collectivités et autres gestionnaires d’espaces verts à supprimer à terme tout traitement chimique.

Conscients que cette démarche impose de faire des choix, de revoir les pratiques, de développer des actions d’information et de pédagogie, de repenser parfois l’aménagement urbain, la Région et les agences de l’eau ont souhaité que cet engagement puisse être progressif, gage par ailleurs de pérennité.

Ainsi la distinction Commune Nature valorise et récompense les efforts de chacun quel que soit son stade d’engagement, l’important étant la prise de conscience et la volonté de vouloir faire autrement.
Le retour d’expérience et le témoignage des communes déjà récompensées montrent une appropriation rapide de la démarche et une grande fierté même pour celles n’ayant obtenu qu’une première libellule, perçue comme un encouragement à poursuivre.
L’audit de renouvellement permettra par la suite de mesurer la progression parcourue.