Le Conseil scientifique du Comité de bassin se renouvelle


  • Devenez-en membre !
  • Pluridisciplinaire, le Conseil scientifique a à la fois un rôle de veille et d’analyse sur des enjeux d’actualité ou à plus long terme. Claude Gaillard, président du Comité de bassin Rhin-Meuse en détaille les prérogatives.
  •  
  • Quel rôle joue le Conseil scientifique auprès du Comité de bassin ?
  • Claude Gaillard : La rencontre et la collaboration entre un Conseil scientifique et un comité de bassin sont essentielles. Nous sommes une assemblée qui prend des décisions en matière de protection des ressources en eau, de préservation de la biodiversité et de lutte contre les inondations. Nous nous trouvons au cœur du quotidien des citoyens, avec des enjeux qui se complexifient en particulier avec le changement climatique. Pouvoir s’appuyer sur l’expertise d’un Conseil scientifique est primordial pour éclairer nos décisions, et nous interpeller au regard de nos responsabilités.
    Le Conseil scientifique joue à la fois un rôle de veille, de prise de recul, tout en restant en prise avec les sujets d’actualité d’aujourd’hui et de demain…

  • A titre d'exemple, quels sont les sujets d’investigation et vos questionnements ?

  • Claude Gaillard : Nous avons mandaté le Conseil scientifique sur le secteur du massif vosgien. Ce secteur connaît des pénuries d’eau récurrentes depuis plusieurs années et du fait de son positionnement en tête de bassin, il est le point d’alimentation d’une vaste zone en amont. Dans ce contexte, le rôle confié au Conseil scientifique est de mieux comprendre le fonctionnement encore méconnu des cours d’eau de tête de bassin, considérés par ailleurs comme des sentinelles du changement climatique.
    L’accélération du développement des projets liés aux énergies renouvelables nous questionnent également compte tenu de leurs impacts potentiels sur la ressource en eau. Je pense par exemple à la gestion des méthaniseurs dont certains provoquent des pics de nitrates inédits, très préoccupants.
    Des défis territoriaux à fort impact sont aussi devant nous en particulier la résorption de la contamination par les pesticides dans la nappe d’Alsace, la nappe des GTi à Vittel ou la sécurisation de l’alimentation en eau potable du sillon Mosellan qui nécessitent un éclairage scientifique pluridisciplinaire.

  • Dans le cadre de cet appel à candidatures, quelles sont les compétences recherchées ?
  • Claude Gaillard : Les sujets que nous traitons contrairement aux idées reçues ne sont pas uniquement des sujets réservés à des spécialistes. Ce sont des sujets du quotidien qui touchent la santé, l’environnement, l’aménagement du territoire, l’agriculture, l’innovation, la citoyenneté, la gestion des risques.
    Nous devons retrouver cette pluridisciplinarité au sein du Conseil scientifique. Autour des disciples historiques comme l’hydrologie, la biologie, la chimie… associons d’autres regards, d’autres compétences inhabituelles au sein du Comité de bassin comme celle de sociologue, d’urbaniste, d’historien, de géographe, de psychologue…

    Notre souhait est de pouvoir enrichir nos réflexions et notre perception.
  • Nous avons besoin de vos compétences et en retour devenez des acteurs à part entière d’une belle politique publique. L’eau est un sujet passionnant et à forts enjeux.

"En votre qualité de membres du Conseil scientiifique, devenez des acteurs d’une belle politique publique", Claude Gaillard, Président du Comité de bassin.

Vous souhaitez candidater au Conseil scientifique

    Adressez votre candidature (CV, lettre de motivation) avant le 31 mars 2021
    candidatureCSRM@eau-rhin-meuse.fr

    En savoir plus : Claire RIOU - claire.riou@eau-rhin-meuse.fr

    Tout comprendre du Conseil scientifique Rhin-Meuse