Plan d’accélération « Eau 2021 »

A la sortie de la crise sanitaire, l’agence de l’eau Rhin-Meuse mobilise ses financements. Elle propose 30 mesures pour une reprise d’activités dans un secteur où la politique de l’eau représente 40% de la dépense liée à l’environnement en France.

Le Conseil d’administration de l’agence de l’eau Rhin-Meuse avait déjà donné le ton en adoptant à l’unanimité des mesures d’urgence le 14 mai dernier lors d’une séance exceptionnelle. Le 18 juin, il  réaffirme son ambition de stimuler la relance de l’activité économique en mobilisant fortement les acteurs de la filière «Eau». Le 11ème programme 2019-2024 s’impose comme le dispositif idéal pour doper et accélérer la transition écologique des territoires.
Ce sont quelque 60 millions d’euros qui vont être fléchés jusqu’en 2021 pour faciliter « la reprise des investissements dans le domaine de l’eau » comme  l’ont souhaité la secrétaire d’Etat, Emmanuelle Wargon et les présidents de Comités de bassin lors d'une déclaration commune.

Du petit au grand cycle de l’eau
Le plan d’accélération «eau 2021» concerne à la fois les collectivités, les agriculteurs, les industriels, PME-PMI, artisans et le monde associatif. L’objectif est de pouvoir financer des travaux qui pourront être déclenchés à court terme (assainissement et alimentation en eau potable), et de conforter ou d’engager des actions pour développer de nouvelles stratégies économiques ou de territoire selon un principe d’anticipation et de résilience que la crise sanitaire a remis sur le devant de la scène.

Ce plan comporte 30 mesures structurées autour de 8 marqueurs :

Alimentation en eau potable : investir maintenant et se doter des bonnes gouvernances pour prévenir les déficits quantitatifs ;

Assainissement : stimuler les travaux pour relancer l’activité économique et garantir l’atteinte du bon état des eaux ;

Solutions fondées sur la nature : à développer dans l’aménagement urbain ;

Entreprises : développer une stratégie d’après-crise ;

Agriculture : soutenir davantage la transition écologique agricole ;

Reconquête de la biodiversité : accélérer les opérations du grand cycle de l’eau ;

Aujourd’hui, faciliter la reprise de l’activité…

…et demain, engager une démarche prospective sur les enjeux « Eau et Santé.

Un temps d’exception
« Ce plan va être déployé très rapidement en interpellant directement nos partenaires. Certaines mesures bénéficieront d’un accompagnement personnalisé des équipes de l’agence de l’eau pour faciliter leur concrétisation. Pour que ce plan produise les effets escomptés, le Conseil d’administration a voulu le positionner comme un temps d’exception. » détaille Marc Hoeltzel, directeur général de l’agence de l’eau Rhin-Meuse. Parmi les leviers utilisés, l’augmentation de certains taux d’aides, l’augmentation de dotations financières, l’élargissement des assiettes subventionnables et des bénéficiaires éligibles ont été retenus… « Mais ces opportunités seront limitées dans le temps. Les demandes d’aides devront être déposées au plus tard le 30 septembre 2021.

Certaines mesures feront même l’objet d’une programmation intermédiaire pour envisager ou non un abondement financier complémentaire ».

La mobilisation urgente des nouveaux exécutifs municipaux ou intercommunaux sera donc nécessaire !


Claude Gaillard, président du Comité de bassin Rhin-Meuse
« Soutenir l’emploi local »

Cette crise sanitaire a ébranlé notre bassin et l’ensemble du territoire français. La filière de l’eau a bien résisté en termes de continuité de service mais l’activité de travaux a inévitablement subi un coup d’arrêt. Notre responsabilité est donc de mettre en tension nos ressources financières pour contribuer très vite à la reprise d’activités. C’est l’objet du plan de relance de 60 M€ -dénommé plan d’accélération  « eau 2021 »- que j’ai souhaité voir mis en œuvre et qui vient d’être voté par le Conseil d’administration après que les contours en ont été arrêtés par le bureau politique du Comité de bassin du 20 avril 2020.
L’objectif est à la fois de stimuler les travaux des services d’eau et d’assainissement sous l’effet de modalités d’aides attractives, limitées dans le temps pour  accélérer la réalisation des priorités d’actions du 11ème programme et soutenir l’emploi local.  J’ai aussi souhaité que soient proposées des mesures nouvelles pour préparer l’avenir et anticiper les crises futures -notamment d’origine climatique. C’est donc un programme d’actions complet et ambitieux qui est proposé à tous les partenaires de l’agence de l’eau mais également à de nouveaux bénéficiaires potentiels dans un moment d’exception faisant écho à cette crise mondiale inédite.

Nicolas Forray, président du Conseil d’administration de l’agence de l’eau
 « Des opportunités à saisir »

Le Conseil d’administration a pris la mesure des conséquences de la crise sanitaire COVID 19 dès sa séance exceptionnelle du 14 mai 2020, en votant des mesures d’urgence notamment pour endiguer le risque de propagation du COVID 19 via les boues d’épuration.
Des nouvelles décisions ont été prises le 18 juin pour mobiliser les moyens financiers de l’agence de l’eau à hauteur de 60 M€ en vue de soutenir -très vite- l’effort de relance économique national.
En ma qualité de président du Conseil d’administration il m’importait que la réponse soit forte,  signifiante mais limitée dans le temps. La position du Conseil d’administration a été ainsi de bonifier des taux d’aides portant sur les travaux d’alimentation en eau potable et en assainissement pour contribuer tout à la fois à la reprise d’activités du BTP et garantir, entre autre,  l’atteinte du bon état des eaux.  Il a aussi été décidé d’ouvrir le 11ème programme à d’autres types de travaux et d’offrir à tous les bénéficiaires une réponse adaptée pour faciliter  une dynamique d’investissement utile sur le long terme. Ce plan de reprise fixe un cap mais aussi des ambitions plus fortes et surtout un souci d’anticipation, conformément aux enseignements apportés par la crise sanitaire mondiale que nous venons de vivre. Je formule donc l’espoir que ces mesures d’accompagnement inédites pour certaines, fortes pour d’autres mais temporaires, soient des opportunités saisies par le plus grand nombre. »

À voir