Une nouvelle ambition pour le Rhin : le plan Rhin vivant

Entériné par le Comité de bassin du 28 juin 2019, défi territorial n°2 du programme d’intervention de l’agence de l’eau Rhin-Meuse (2019-2024), le Plan Rhin vivant doit permettre de redonner toutes ses fonctionnalités au fleuve sur 100 km en partie française.

Le Rohrschollen © S Witzthum/Eurométropole de Strasbourg

Depuis 20 ans, des moyens considérables ont été mis en œuvre pour aménager les ouvrages sur le Rhin pour rétablir la franchissabilité et permettre la remonter des saumons jusqu’en Suisse. La réalisation d’aménagements de nombreuses passes à poissons sur les ouvrages hydroélectriques (Gambsheim, Strasbourg, Gerstheim, Kembs), de restauration de milieux naturels connexes (renaturation de forêt rhénanes…) et d’opérations d’alevinage ont ouvert la route aux migrateurs mais s’avèrent encore insuffisants.
Dans le prolongement de ces travaux, la nouvelle stratégie proposée repose sur la relance d’un programme de renaturation ambitieux visant à accompagner l’installation d’une souche naturelle de saumon sauvage mais qui vise également des enjeux plus globaux pour tous les usages du fleuve dans un contexte de climat changeant.

Les services attendus suite à la renaturation des écosystèmes rhénans

L’ensemble des bénéfices attendus suite à ce nouveau programme de renaturation sont nombreux et représentent des atouts précieux pour l’atteinte des objectifs environnementaux fixés  mais aussi pour l’atténuation des effets du changement climatique (autoépuration, régulation des crues et des étiages, alimentation de la nappe, îlots de fraîcheur…).
La recréation de milieux naturels très riches concourt à la mise en valeur du territoire. Elle pourra ainsi donner lieu au développement d’activités de tourisme-loisir (canoë, sentiers découvertes, observatoires…) susceptibles de soutenir l’économie locale et permettre une sensibilisation et l’accueil du public.  Ces activités de pleine nature et l’amélioration du cadre de vie créent un lien social autour du fleuve.

Une dynamique de restauration portée par une politique partenariale forte

La volonté de relancer une dynamique forte d’intervention s’est traduite par un partenariat entre l’Etat, la Région Grand Est, l’agence de l’eau Rhin-Meuse et l’Agence française pour la biodiversité.
Il s’agit à présent de mobiliser tous les maîtres d’ouvrages et acteurs rhénans concernés grâce à des crédits financiers dédiés. A  ce jour, une quarantaine de projets, côté français sont d’ores et déjà identifiés. Le partenariat sera élargi rapidement vers les partenaires internationaux, notamment franco-allemands au vue de la nature transfrontalière de nombreux projets potentiels.
Le Plan Rhin vivant est un bien un défi à réussir collectivement !

Pour aller plus loin


Le saviez-vous ?


Quelques chiffres à retrouver dans la plaquette :


- 30 millions de personnes sont alimentées en eau potable dans le bassin international
  du Rhin
- 8 milliards de kw/an sont produits par les 12 centrales hydroélectriques qui jalonnent
  le Rhin
- 50 000 à 60 000 d’oiseaux d’eau hivernent sur le cours du Rhin