Renseigner, rendre compte, programmer

Ce sont les atouts du nouvel outil national de suivi des mesures opérationnelles sur l’eau (Osmose). L’agence de l’eau Rhin-Meuse s’est vue confier la maîtrise d’ouvrage déléguée par la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère en charge du développement durable. Les premières sessions de formation se déroulent actuellement.

Après trois ans de  développement, de mise au point et de concertation avec les services concernés (missions interservices de l’eau et de la nature, direction générale de la prévention des risques, direction de l’eau, Onema, agences de l’eau…), Osmose est présenté aux futurs utilisateurs. Cet outil recensera au niveau national (y compris pour les départements d’Outre-mer) l’ensemble des actions programmées pour l’atteinte du bon état de toutes les eaux. Il peut s’agir d’actions de renaturation des berges d’un cours d’eau, de préservation de zones humides, de réduction d’une pollution portuaire, de la recherche de substances dangereuses, de la construction d’une station d’épuration… Tout sera renseigné, localisé et daté. De sorte que le suivi des actions sera facilité ainsi que les futurs exercices liés à l’établissement des priorités d’actions. Le plus de l’outil : valoriser le travail réalisé grâce à l’élaboration automatique de synthèses. Osmose sera opérationnel sur le bassin Rhin-Meuse dès la fin de cette année.