Substances dangereuses pour l’eau : artisans et collectivités, un défi commun - 29 & 30 octobre 2014 - Colloque

29 et 30 octobre 2014 - Centre Prouvé - Nancy

Les agences de l’eau et la chambre de métiers et de l’artisanat de Meurthe-et-Moselle au travers de son centre national d’innovation pour le développement durable et l’environnement dans les petites entreprises (CNIDEP), en partenariat avec la communauté urbaine du Grand Nancy et l’Ademe, organisent cet événement.
Ce rendez-vous est un des temps forts de la rentrée. Il propose un coup de projecteur sur la thématique des substances dangereuses pour l’eau qui reste méconnue et insuffisamment concrète alors qu'elle constitue une des principales priorités pour la reconquête des ressources en eau.
Au terme de ces deux journées, chaque participant aura évalué les enjeux et saura de quelle manière et avec quels partenaires il peut intervenir pour lutter contre la pollution des eaux par les substances dangereuses.

Contexte

Sur l’ensemble du territoire français depuis une vingtaine d’années, des avancées significatives en matière de réduction des pollutions organiques des industriels (installations  classées) ont été constatées.
Tout en poursuivant cet effort, les industriels ont dû à compter de 2003 répondre aux nouvelles priorités de la politique européenne, nationale et territoriale pour l’atteinte du bon état des eaux, qui nécessitent la prise en compte des substances toxiques  jusqu’alors non appréhendées.

Plus récemment, à l’instar de ces derniers, les collectivités gestionnaires d’une station d’épuration de plus de 10 000 équivalents-habitants ont dû également s’intéresser à ce sujet et mettre en place une surveillance des micropolluants dans les rejets des stations urbaines.

Les petites et moyennes entreprises, elles aussi, doivent relever ce nouveau défi car à travers leurs activités et leurs pratiques elles sont susceptibles de porter atteinte à l’environnement, à la qualité de l’eau ou à la santé. En France, 1 million de professionnels sont concernés dans des secteurs d’activité divers : mécanique automobile, imprimerie, pressing, peinture en bâtiment, carénage, coiffure, prothésiste dentaire, nettoyage de locaux, nettoyage de façades, métiers du bois.

Identifiée comme une priorité d’actions des agences de l’eau, la lutte contre les substances dangereuses issues de l’activité des entreprises artisanales reste malgré tout  un sujet encore abstrait et méconnu.
Et pourtant… des initiatives, en termes de substitution de produits, de réduction de pollution toxique, de partenariat entre collectivités et artisans ont déjà été menées avec succès par une multiplicité d’acteurs en réponse à des  problématiques diverses. Le  travail mené  par le CNIDEP (centre national d’innovation pour le développement durable et l’environnement dans les petites entreprises – Nancy) ainsi que les connaissances acquises durant ces 10 dernières années méritent d’être  valorisées et partagées.

NB : Le thème des pesticides et des rejets médicamenteux  sont hors champ du colloque.

Temps forts du colloque

Chaque journée comportera une séance plénière. Le décor sera planté : de quoi parle-t-on, quels sont les enjeux, quelles obligations pour les artisans et les collectivités en matière de rejets dans les réseaux, quelle connaissance de ces rejets et quels risques… La seconde séance sera consacrée essentiellement à la question de la mise en œuvre de solutions de substitution ou de suppression de substances dangereuses pour l’eau. C’est au cours de tables-rondes que les réponses seront apportées, privilégiant l’interactivité avec la salle.
Des ateliers, pour les artisans et les collectivités, rythmeront chaque journée. Une variété de thèmes sera traitée à la fois pour approfondir les connaissances ou de manière plus concrète pour présenter des retours d’expérience gagnants. A titre d’exemples peuvent être cités : les autorisations et les conventions de rejet, comment organiser une opération collective, l’économie circulaire, les technologies propres : recherche et développement, les obligations des entreprises artisanales, quelle communication environnementale pour valoriser sa démarche, son engagement.... Là encore, les exposés introductifs laisseront vite la place aux débats.
La diversité des intervenants facilitera l’appropriation des sujets par les participants.

Informations pratiques

Lieu
Le colloque se déroulera à Nancy, au Centre Prouvé, le tout nouveau centre des congrès. Situé en plein centre-ville, il jouxte la gare TGV. Il permet aussi un accès piéton en moins de 10 minutes à toute une offre hôtelière.