0 Pesticide : un bond de 37% des communes au plus haut niveau

Le nouveau palmarès des communes et autres gestionnaires d’espaces engagés dans une démarche 0 Pesticide a été dévoilé mardi 22 novembre à Turckheim (68). 79 nouvelles collectivités et 4 nouveaux gestionnaires d’espaces viennent augmenter le nombre total de récipiendaires arrêté à 297. 23 communes se voient directement décerner le niveau le plus haut.

Bernard Gerber, vice-président de la Commission Environnement de la Région Grand Est et Marc Hoeltzel, directeur général de l’agence de l’eau Rhin-Meuse ont eu le plaisir de dévoiler le palmarès 2016 de l’opération Commune Nature.
Initiée en 2011 par les deux partenaires, cette opération a pour ambition de valoriser l’engagement des communes signataires de la charte régionale des espaces communaux «zéro pesticide», dans une démarche de progrès en faveur de la protection de la ressource en eau et plus particulièrement de la nappe d’Alsace.
Du fait de l’organisation territoriale de l’époque, cette opération s’était concrétisée particulièrement sur les départements du Bas-Rhin et Haut-Rhin.

Pour cette 4ème édition, les communes récompensées en 2014 ont été réauditées et 79 nouvelles collectivités et 4 nouveaux gestionnaires d’espaces ont rejoint le palmarès. Toute édition confondue, le nombre total de récipiendaires est de 297, soit près de 30% du nombre total des communes alsaciennes. A noter que pour la première fois un lycée a été récompensé à savoir le Lycée Jean Mermoz de Saint-Louis (68). Il se voit ainsi décerner le label « Espace Nature ».
Ce sont quelque 700 libellules qui essaiment aujourd’hui du nord au sud de l’Alsace un message simple, qu’il est possible de faire autrement et aussi « bien et beau » pour l’aménagement des espaces verts au cœur des villes et villages, le tout dans un souci de préservation de la qualité de l’eau et de la santé des citoyens.
Au regard de ces résultats encourageants et de l’intérêt des collectivités, la Région Grand Est et l’agence de l’eau réfléchissent à l’élargissement de l’opération sur l’ensemble de la région et à l’adaptation du règlement face aux nouvelles exigences réglementaires. Car au 1er janvier 2017, les collectivités locales ne pourront plus utiliser de produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, promenades et voiries. Ainsi des ajustements seront nécessaires pour les deux premiers niveaux (1 et 2 libellules); le 3ème niveau (3 libellules) étant d’ores et déjà plus contraignant que la loi.