Eau et changement climatique : le Comité de bassin bâtit un plan d'atténuation et d’adaptation

Les prévisions l’ont explicité : l’Est de la France, même si moins sensible que d’autres régions françaises, ne sera pas épargné par le changement climatique. Pour anticiper plutôt que de subir, le Comité de bassin Rhin-Meuse s’est donné dix-huit mois pour entériner un plan d’adaptation au changement climatique dédié aux ressources en eau et aux milieux aquatiques.

C’est au cours de la séance du 1er décembre 2016 que le Comité de bassin a donné officiellement le coup d’envoi de son plan. Le Comité de bassin a souhaité en ouverture de cette séance particulière laisser la parole à plusieurs témoins pour illustrer à la fois l’enjeu que représente l’adaptation au changement climatique pour l’eau à moyen terme et valoriser les actions déjà mises en œuvre. Ces points de vue et échanges permettront au Comité de bassin d’inscrire ses décisions dans une dynamique positive du changement. Serge Planton, chercheur climatologue à Météo-France, a été le grand témoin de cette journée. Impliqué dans la rédaction de rapports sur le changement climatique futur en France dans le cadre du Plan National d’Adaptation au Changement Climatique, il a exposé en particulier les effets du changement climatique sur la ressource en eau.

L’ambition du plan d’adaptation
« Les solutions proposées devront être concrètes. Ce plan doit être un outil opérationnel pour les acteurs de terrain, nous n’avons pas le droit à l’erreur face à l’enjeu » a souligné Claude Gaillard, président du Comité de bassin Rhin-Meuse. Il souhaite ainsi que ce plan soit source d’inspiration pour les collectivités territoriales pour renforcer le volet "eau" :

dans les plans climat air énergie territoriaux (PCAET) que toutes les intercommunalités de plus de 20 000 habitants auront à mettre en place à compter du 1er janvier 2017 ;

dans le schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET) à finaliser avant fin 2019 par la Région Grand Est.

Le Comité de bassin souhaite également identifier toutes les opportunités à saisir pour faire du changement climatique un terreau d’innovation.

Pour répondre à cette ambition, le Comité de bassin a décidé de mobiliser divers niveaux d’expertise, relevant des domaines scientifique, technique et socio-économique et d’associer au plus près des acteurs des territoires.

Une association élargie
Le groupe de travail, présidé par René Darbois adjoint au maire de Metz et membre du Comité de bassin, se réunira début 2017. Il sera composé de nombreux partenaires habituels de l’agence de l’eau de l’échelle régionale à l’échelle locale mais également d’acteurs mobilisés dans le cadre de la politique relative à la transition énergétique. Ces travaux seront conduits en étroite relation avec le Conseil scientifique du Comité de bassin et Valérie Masson Delmotte, experte internationale au sein du GIEC et « marraine » du plan.

La composition du groupe d’une vingtaine de personnes s’articulera autour :

des membres du Comité de bassin (à parité collège des Usagers et représentants de Collectivités locales)

des représentants de la Région, des établissements publics territoriaux de bassin (EPTB), des commissions locales de l’eau (CLE), des structures porteuses de schémas de cohérence territoriale (SCOT), des collectivités en charge de plan climat, du Comité de massif des Vosges, des chambres consulaires, ou encore des lauréats de l'appel à projets « Territoire à énergie positive pour la croissante verte »

mais aussi de collaborateurs d'organismes nationaux comme l'agence française pour la biodiversité, le centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), l’Office national des Forêts (ONF), l’Agence régionale de Santé (ARS) ou encore Voies navigables de France (VNF) ;

des représentants des commissions fluviales internationales.

Le plan d’adaptation : des actions sur les territoires
Le plan de gestion des eaux du bassin Rhin-Meuse 2016-2021 (ou schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, SDAGE) adopté en décembre 2015 a déjà consacré un tome spécifique à cette thématique, le tome 5. Il y a ciblé des usages de l’eau fortement impactés sous changement climatique. Le futur plan d'adaptation au changement climatique du bassin Rhin-Meuse ira plus loin. Il aura pour buts :

d’améliorer la connaissance sur les conséquences et les effets du changement climatique ;

d’identifier les mesures d’atténuation et d’adaptation à mettre en œuvre pour améliorer la résilience des milieux aquatiques, pour permettre de réduire la vulnérabilité des territoires et accompagner le changement de pratiques par la réduction de la dépendance à l’eau et la préservation de la ressource et des milieux aquatiques ;

de proposer des mesures ou des orientations renforcées dans les domaines les plus touchés, notamment l’agriculture mais aussi sur les territoires les plus vulnérables en cours de ciblage.

L'un des objectifs du futur plan d'adaptation est de s’attacher à  descendre à l'échelle de la communauté de communes, d’un bassin versant... pour faciliter l’appropriation locale.

Dans 18 mois, le Comité de bassin devra avoir approuvé ce plan d’adaptation au changement climatique pour permettre de préserver la ressource en eau et les milieux aquatiques de l’Est de la France.


À voir

Plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique pour les ressources en eau et les milieux aquatiques de l’Est de la France.
Comité de bassin Rhin-Meuse du 1er décembre 2016.


Intervention de Serge Planton, chercheur climatologue à Météo France - « Les effets duchangement climatique sur la ressource en eau »

À voir

Plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique pour les ressources en eau et les milieux aquatiques de l’Est de la France.
Comité de bassin Rhin-Meuse du 1er décembre 2016.


Maximin Charpentier, vice-président de la chambre d’agriculture Grand Est « En agriculture, développons une vision transversale »

À voir

Plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique pour les ressources en eau et les milieux aquatiques de l’Est de la France.
Comité de bassin Rhin-Meuse du 1er décembre 2016.

Mots d’introduction de Valérie Masson-Delmotte, experte internationale en climatologie, co-présidente du groupe de travail I du GIEC en charge des éléments scientifiques pour l’analyse du changement climatique, marraine du plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique du bassin Rhin-Meuse.

À voir

Plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique pour les ressources en eau et les milieux aquatiques de l’Est de la France.
Comité de bassin Rhin-Meuse du 1er décembre 2016.

René Darbois, adjoint au maire de Metz (57), président du groupe de travail multi-acteurs en charge de l’élaboration du plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique - « Les collectivités locales ont un rôle à jouer »

À voir

Plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique pour les ressources en eau et les milieux aquatiques de l’Est de la France.
Comité de bassin Rhin-Meuse du 1er décembre 2016.

Thierry Caillaud, directeur adjoint - Unité de production Est EDF - « Eau et électricité : un passage à l’action »