Quand le Longeau reprend son lit

En Meurthe-et-Moselle, le syndicat d’aménagement du Longeau et de la Seigneulle a ouvert une nouvelle page de l’histoire de ces deux cours d’eau. Une histoire écrite à plusieurs mains.

Après 3 années de travaux de 2011 à 2013, le Longeau (re)serpente aujourd’hui dans ses anciens méandres. Ce nouveau visage, 5 kilomètres de rivière sinueuse, présente de nombreux  avantages : une rivière qui peut jouer pleinement son rôle d’autoépuration, une présence paysagère indéniable, un site d’accueil pour une diversité d’espèces végétale et animale.

Ce résultat a nécessité à la fois de la concertation avec les riverains et les agriculteurs et d’importants travaux. Ils ont consisté à retrouver un tracé de la rivière le plus naturel possible (en lieu et place du cours d’eau rectifié dans les années 1960)  en remettant en communication le cours principal avec des sinuosités perdues. Dans ce projet, le mot d’ordre a été diversité : variation d’écoulements entre rapides et lents, variation des profondeurs du lit du cours d’eau, plantation de végétation adaptée… avec également comme ligne de conduite de faire en sorte que cet espace soit rapidement habitable par la faune et la flore. Car les inventaires faunistique et floristique ont montré que la vallée du Longeau abritait de nombreuses espèces dont certaines protégées : le martin pêcheur d’Europe, l’Agrion de Mercure (insecte), la mulette épaisse (moule d'eau douce), la lotte de rivière, la loche franche, le chabot…

Il s’agit de la première opération de reméandrage de cette ampleur sur le bassin Rhin-Meuse voire même à l'échelle nationale. Cette ambition, portée par le syndicat et soutenue par de nombreux partenaires dont l’agence de l’eau Rhin-Meuse, permet d’accroître les capacités naturelles du cours d’eau, notamment dans l’objectif de l’atteinte du bon état écologique et dans le respect des activités locales (dont agricoles).

À voir

Les travaux au fil des jours et le témoignage des différents partenaires
Vidéo : Franck Vigna