2 février, journée mondiale des zones humides


"Zones humides et agriculture, cultivons le partenariat !", tel est le thème de la journée mondiale des zones humides qui a lieu chaque année le 2 février. Consciente du bénéfice que ce partenariat peut apporter aux ressources en eau, l'agence de l'eau Rhin-Meuse soutient des projets qui allient biodiversité et agriculture, à l'instar de celui mené en partenariat avec le conseil général de Meurthe-et-Moselle.
(Re)découvrez sur cette page des informations variées, illustrées sur les zones humides.

En savoir plus sur la journée mondiale des zones humides


Zones humides et agriculture, des partenariats qui fonctionnent

Pionnier dans le bassin Rhin-Meuse, le conseil général de Meurthe-et-Moselle a initié, il y a une dizaine d'années, un partenariat exemplaire avec la profession agricole sur la vallée de la Meurthe. L'objectif était simple : protéger les zones humides qui permettent à la rivière de suivre son cours naturel tout en laissant aux agriculteurs la possibilité d'exploiter respectueusement les terres à moindre coût. Explications avec Nathalie Malbreil, chargée de missions Espaces Naturels Sensibles au Conseil général de Meurthe-et-Moselle.

Quelle était la problématique sur la vallée de la Meurthe ?
La Meurthe est une rivière avec une divagation remarquable. Les différentes activités humaines (gravières, enrochement des berges,...) qui l'entourent sont une menace à cette divagation naturelle. Il est donc nécessaire de préserver la rivière pour son côté remarquable mais également pour les services que les prairies inondables rendent en cas de crues importantes. N'oublions pas que des agglomérations comme Luneville et Nancy se trouvent en aval.
Pourquoi le conseil général a-t-il décidé de se lancer dans une telle démarche ?
Conscient de ce site exceptionnel et des enjeux (en terme d'inondations et donc économiques), le conseil général, avec l'aide de l'agence de l'eau Rhin-Meuse, a souhaité devenir propriétaire d'une partie de ces zones humides afin de les protéger durablement. Il offre aux agriculteurs la possibilité de cultiver ces terres pour une somme symbolique tout en respectant un cahier des charges précis et en ayant un droit de regard sur leurs pratiques agricoles : utilisation raisonnée des pesticides, nombre de bétail restreint pour éviter le piétinement des berges...
Quels sont les bénéfices pour la nature ? Pour l’agriculteur ?
Pour la nature il va de soi que les bénéfices sont énormes ! La rivière est protégée physiquement, elle est moins polluée. La collectivité y trouve son compte également puisque les champs d'expansion de crues sont sauvegardés. Ces bénéfices n'ont pas de prix.
Quant à l'agriculteur, le loyer dérisoire est une aubaine. En terme d'image également, le bénéfice pour la profession est important. N'oublions pas non plus que que le meilleur gestionnaire pour la nature à long terme reste l'agriculteur avec des pratiques raisonnées.

Les zones humides dans le cadre du 10ème programme de l'agence de l'eau

Dans le cadre de son 10ème programme d'intervention, l'agence de l'eau poursuit son  travail de partenariat avec les collectivités et les associations en soutenant des projets de préservation, de restauration ou de recréation de zones humides. Ce soutien se caractérise par une expertise technique et des aides allouées à des projets d'acquisition foncière, de création ou recréation de zones humides, le financement d'études ou le soutien à des emplois d'animation dans ce domaine, avec des taux de financement renforcés. De 2007 à 2012, 2 800 hectares de zones humides ont été protégés ou restaurés avec l’aide de l’agence de l’eau Rhin-Meuse, soit l'équivalent de 660 terrains de foot par an. Aux côtés des partenaires "historiques" (conseils généraux, conservatoires...) une diversité d'acteurs dont les collectivités, s'impliquent au plus près du territoire.

En savoir plus sur les aides

En savoir plus sur les zones humides dans le bassin Rhin-Meuse