Inauguration du plan d'eau de Briey

2 ans de travaux auront été nécessaires pour redonner un visage naturel au plan d'eau de la Sangsue à Briey et y redessiner un cours d'eau. Inauguré jeudi 26 juin, ce projet de requalification du plan d’eau, réalisé avec le soutien de l’agence de l’eau Rhin-Meuse, est d’envergure assez rare. Il montre aussi que malgré les difficultés et l’attachement des usagers à un visage familier, avancer et changer pour redonner plus de place à la nature peut donner un nouveau visage à un lieu, bien plus flatteur. Retour sur un projet qu'il a fallu défendre.

Le plan d’eau de la Sangsue, à Briey (54), fait le bonheur des habitants du secteur depuis près de 40 ans.
Etang de pêche pour certains, sentier de promenade pour d’autres, le plan d’eau nourrit de nombreux usages. Pourtant, le plan d’eau souffrait depuis de nombreuses années. C’est tout le lit du Woigot qui a été élargi lors de sa création en 1973. Avec la mise en place d’un barrage en aval, le petit cours d’eau qui traversait la ville a été transformé en plan d’eau. 40 ans plus tard, le cours d’eau en amont et le plan d’eau connaissaient un très mauvais fonctionnement biologique. Le barrage rompait la continuité écologique, les sédiments ne circulaient plus, le plan d’eau s’envasait, le volume d’eau diminuait et s’échauffait.

Trouver une solution durable

Un simple curage aurait pu suffire à dégager les sédiments au fond du plan d’eau. Mais Michel Causin, président et Claude Lauer, directeur du syndicat Contrat Rivière Woigot, ne l’entendaient pas de cette oreille et ont fait preuve d’une persuasion sans faille pour rendre à la rivière un environnement qui lui était propice.
« Nous avions une responsabilité. Il fallait que le plan d’eau soit libéré de ces 85 000 m3 de sédiments mais il ne s’agissait pas de reporter le problème sur les générations futures. Le syndicat et son président ont donc décidé de mener un projet d’envergure, de redessiner le Woigot en aval, d’y créer des zones humides, de supprimer un seuil, de supprimer le barrage qui retenait le plan d’eau, de créer un nouveau lit pour le Woigot et de recréer le plan d’eau en dérivation du cours d’eau…
Les poissons et sédiments peuvent à présent librement circuler. Autre point important, et c’était un postulat de départ, nous tenions à ce que les sédiments restent sur le site.
Ils ont donc intégralement servi à redessiner le lit du cours d’eau » explique Claude Lauer.

Un projet impressionnant qu’il a fallu défendre ! Toucher au plan d’eau, c’était toucher au quotidien des briotins et autres habitants du secteur. Tous y sont attachés et n’ont pas forcément compris l’enjeu de ces travaux. Il a alors fallu convaincre les partenaires et communiquer « avec mesure selon les périodes » auprès des riverains. Techniquement, le projet est aujourd'hui terminé et répond parfaitement aux enjeux. Il est également parfaitement intégré à la ville. Il reste à présent aux habitants à prendre possession des lieux.


Photo : AERM/P.Goetghebeur
De gauche à droite : Paul Michelet, directeur général de l'agence de l'eau Rhin-Meuse, Rachel Thomas, conseillère régionale de Lorraine, Michel Causin, président du contrat de rivière Woigot, Guy Vatier, président de la communauté de communes du pays de Briey, François Proisy, sous-préfet de Briey, Nathalie Griesbeck, députée européenne, Jean-Marc Fournel, député maire de Longwy.