Une capacité d’intervention dopée pour le plan de relance : + 30% d’aides en 2021

Le Conseil d’administration a voté le budget 2021 de l’agence de l’eau. Avec des capacités d’intervention en hausse, les administrateurs ont confirmé leur volonté d’accompagner les investissements du plan d’accélération « Eau 2021 ».

Le budget de l’agence de l’eau Rhin-Meuse s’établit de la manière suivante :

Détail du budget 2021 - Agence de l'eau Rhin-Meuse
(en nature de recettes)
En millions d'euros
  Personnel 13,04
  Fonctionnement 4,33
  Intervention (aides accordées) 189,07
                      + 30%
  Investissement 1,18

Détail du budget 2021 - Agence de l'eau Rhin-Meuse
(en nature de recettes)

En millions d'euros
  Redevances 159,56
  Autres recettes 1,5

Lors de la présentation de ce budget, le Conseil d’administration a renouvelé son inquiétude quant à la baisse des effectifs constatée depuis plusieurs années. « L’accompagnement des maîtres d’ouvrage vers une transition écologique réussie nécessite entre autres une présence sur le terrain pour expliquer, convaincre et partager des retours d’expérience… mais compromise et ralentissant la dynamique »

Dans la continuité de la séance, le Conseil d’administration a adopté deux programmes de recherche avec le BRGM :

  • Le premier porte sur l’évaluation des conséquences du changement climatique sur la recharge des aquifères du bassin Rhin-Meuse.
    D’une durée de 12 mois, cette étude présentera notamment des cartes de synthèse compilant les résultats obtenus. Elle confirme la nécessité pour les instances de bassin de gagner en connaissance sur les conséquences du dérèglement climatique et de se positionner comme centre de ressources principal à cet égard.
  • Le second concerne la préfiguration d’un observatoire hydrogéologique sur le territoire de la nappe des Grès du Trias inférieur (secteur de Vittel).
    Cet observatoire doit permettre, à échéance de 2 ans, de disposer de données et d’analyses pour évaluer les pressions et leur impact sur les nappes du secteur. Le réseau de piézomètres et les indicateurs de prélèvements… qui seront mis en place visent la gestion quantitative optimale pour recharger la nappe des GTI. Cet observatoire, préconisé par le comité de bassin lors de la séance du 18 octobre 2019, a été pris en compte et entériné lors du protocole d’accord avec les acteurs du territoire. C’est un élément essentiel pour assurer de manière indépendante et transparente le rééquilibrage des ressources locales.

En fin de séance Bernard Ingwiller, vice-président, a exprimé sa reconnaissance à Nicolas Forray pour ses 3 ans passés à la présidence du Conseil d’administration. « Nous tenons à vous remercier pour votre hauteur de vue, votre sens didactique, et votre volonté à faire progresser l’établissement ». Claude Gaillard, président du Comité de bassin a également remercié Nicolas Forray « pour l’interaction intelligente qui a existé entre nos deux instances au bénéfice de l’intérêt général ».

Prochaine séance du Conseil d’administration : 11 mars 2021