15 mai, les zones humides sont de retour…

Après avoir développé leur connaissance sur la qualité de l’eau vis-à-vis des macropolluants, du changement climatique, de la solidarité internationale, de la gestion alternative des eaux pluviales ou de l’implication citoyenne dans la déclinaison de la politique de l’eau,  Max et Léa nous emmènent au cœur des zones humides.

Objectif de nos super-héros : sensibiliser quant à leur intérêt et sur les actions mises en œuvre pour leur préservation.


Pierre-Olivier Lausecker, chargé d’études Zones Humides, nous explicite la stratégie de l’agence de l’eau Rhin-Meuse en la matière.

« En trois adjectifs, pourriez-vous qualifier la politique poursuivie par l’agence de l’eau Rhin-Meuse en faveur de la protection des zones humides ? »

Pierre-Olivier Lausecker : Résolument proactive : pour permettre l’accompagnement de toute démarche volontaire de préservation, restauration, gestion ou valorisation de ces milieux humides comme de toute action démonstrative permettant un changement de regard sur ces milieux naturels.

Résolument transversale pour répondre à l’urgence de stopper leur régression : c’est en cherchant à intégrer les milieux humides au cœur des politiques d’aménagement du territoire (SCOT, PLUi, démarche SAGE, GEMAPI…) qu’ils pourront être préservés durablement et devenir une donnée de conception de tout projet d’aménagement comme de reconversion foncière ou renouvellement urbain.

Résolument partenariale : notre politique dédiée aux zones humides est co-construite et partagée avec les partenaires financiers et acteurs clefs de la préservation des milieux naturels et de la biodiversité de la région (DREAL Grand Est, Région Grand Est, SAFER, EPF(L) Grand Est, Départements, Conservatoire d’espaces naturels, association de protection de la nature, réseau des animateurs milieux naturels du bassin, animateurs SAGE…) pour permettre son déploiement à toutes les échelles et à tous les niveaux possibles d’intervention (opérations ponctuelles démonstratives jusqu’à des programmes globaux d’action).

« Quelles actions l’agence de l’eau Rhin-Meuse soutient-elle et avec quelle ambition côté financement ? »

Pierre-Olivier Lausecker : A nouveau quatre maitres-mots : connaissance, préservation, restauration et valorisation. L’agence de l’eau Rhin-Meuse privilégie pour faire émerger des actions l’appel à projets partenarial Trame verte et bleue qui facilite un traitement groupé et cohérent des projets d’envergure
(projet territoriaux : multi-actions et multi-acteurs). Les opérations plus ponctuelles ou incompatibles avec le calendrier de l’appel à projets sont instruites au fil de l’eau.

Globalement, les taux d’aides sont très incitatifs
. Sans être exhaustif, les études d’inventaire de zones humides visant une intégration opérationnelle dans les documents d’urbanisme et l’engagement de programme d’action concrètes en faveur des milieux humides sont aidés à 70% (jusqu’à 80% maximum). 80% pour toutes les actions concrètes permettant de protéger, restaurer, gérer durablement les milieux humides. La gestion courante d’entretien au maintien du bon fonctionnement écologique de ces milieux est aidée à 50% maximum en application d’un plan de gestion validé et en cours de validité. L’agence de l’eau Rhin-Meuse intervient également sur les projets de valorisation incluant des infrastructures d’accueil du public (40% max), des actions de communication autour des enjeux de préservation/restauration des zones humides ou des travaux réalisés sur ces milieux (restauration fonctionnelle d’envergure, stratégie d’acquisition foncière,…).

« En ce qui concerne la protection des zones humides, constatez-vous une dynamique particulière depuis ces dernières années ? »

Pierre-Olivier Lausecker : Le suivi d’indicateurs montre que la dynamique sur le bassin Rhin-Meuse est réelle. La préservation des zones humides atteint 75% de l’objectif en 2018 avec 451 hectares de surfaces acquises.

Même si une opération représente 80% de cet objectif, on note un nombre d’opérations toujours constant (28 en 2018, 30 en 2017) grâce notamment aux discussions bilatérales engagées avec les différents partenaires afin de les remobiliser et grâce au déplafonnement des aides possible à 100% pour les associations (principaux opérateurs de maitrise foncière sur le bassin Rhin-Meuse).

Les actions de sensibilisation et les discussions menées depuis 6 ans notamment sur le volet de la préservation des zones humides donnent aujourd’hui des résultats positifs avec une constante progression et laissent préjuger d'un maintien de la dynamique pour la fin du programme.


Suivre la campagne En immersion et découvrez les épisodes déjà diffusés

Une plateforme Web 
 une page Facebook
un compte Twitter
 une page Instagram
 une chaîne Youtube