Eaux pluviales, favoriser une gestion intégrée

Il ne reste plus que quelques jours pour candidater à l’appel à projets sur la gestion intégrée des eaux pluviales. L’agence de l’eau souhaite ainsi promouvoir des solutions innovantes et durables. Les dossiers doivent être déposés d’ici le 31 janvier 2016.

Cet appel à projets est ouvert aux collectivités territoriales ou leurs délégataires et aux acteurs des filières économiques (promoteur, aménageur public et privé, activité de commerce et de service, établissement public ou privé de santé… ).
L’agence de l’eau Rhin-Meuse estime que sur son territoire d’intervention, 30% des masses d’eau (tout ou partie de cours d’eau) sont dégradés par des rejets par temps de pluie. Ils proviennent en majorité de la saturation et des débordements des réseaux d’assainissement. L’imperméabilisation croissante des sols limitant l’infiltration des eaux de ruissellement est à l’origine de ce phénomène qui engendre inondations et pollution des milieux aquatiques par lessivage d’eaux polluées.

À la recherche de solutions préventives

À travers cet appel à projets, l’agence de l’eau Rhin-Meuse souhaite faire émerger des projets d’aménagements urbains ou industriels exemplaires ou innovants respectueux du cycle naturel de l’eau et favorisant la réduction à la source des ruissellements et des émissions de pollution par temps de pluie. L’appel à projets porte plus particulièrement sur l’étude et la mise en oeuvre de solutions de gestion alternative des eaux pluviales dans un contexte d’urbanisation ou d’aménagements nouveaux (ZAC, lotissements, bâtiments publics ou privés, éco-quartiers…) comprenant également les actions d’animation ou de communication nécessaires à la réussite du projet.

1,5 million d'euros mobilisés

Les techniques de gestion alternatives existent bel et bien sur le bassin Rhin-Meuse (noues, fossés, chaussées à structures réservoir, espaces verts tampons, toitures végétalisées…) mais sont encore trop peu développées et connues. L’appel à projets est là pour apporter un coup de pouce avec une enveloppe financière de 1,5 million pour les projets retenus (comprenant une aide possible jusqu’à 80% pour les études et les travaux).

Les dossiers de candidature peuvent être déposés jusqu’au 31 janvier 2016.