Préserver les ressources en eau et les milieux aquatiques : qu’en pensent les Français ?

La 4ème édition du baromètre initié par les 6 agences de l’eau, le Ministère et l’Agence française pour la biodiversité et en partenariat avec l’AdCF dévoile aujourd’hui ses résultats. Ils confirment la pertinence des grandes orientations des agences de l’eau dans le cadre des 11ème programmes.

47% des Français considèrent le changement climatique comme le sujet environnemental qui les préoccupe le plus (en progression de 9 points par rapport à 2011), ce qui en fait le plus important devant la biodiversité (45%  de citations, +12 points en 7 ans) et la qualité de l’eau potable (42%). C’est ce que révèle la nouvelle édition du baromètre initié en 2011 par les agences de l’eau, le Ministère et l’Agence française pour la biodiversité.

Comme autres résultats importants, on apprend que 59% des Français désignent la réduction des pollutions des rivières et des eaux souterraines comme le premier enjeu dans le domaine de l’eau. A ce sujet, près d’un Français sur deux (47%) font des pesticides utilisés dans les champs et dans les jardins la première cause de dégradation de l’état de l’eau des rivières, suivi (pour 26% d’entre eux) des substances dangereuses difficiles à traiter.
Pour autant, face à ce constat, les Français sont prêts à s’investir pour améliorer la situation en :
         - faisant attention aux produits rejetés dans les canalisations : 56%
         - entretenant leur jardin avec des produits et des techniques naturels : 37%   
         - achetant des produits non polluants pour les activités de bricolage : 32%                     

42% des Français font de la préservation de la biodiversité aquatique le deuxième enjeu dans le domaine de l’eau, un sujet qui émerge progressivement dans l’opinion. Sur ce sujet, bien que les Français peinent à désigner de manière claire des priorités d’actions, ils évoquent toutefois :
         - la nécessité de faire respecter les règlementations (32% de citations),
         - une gestion des espaces collectifs sans pesticides (22% de citations). 

53% des personnes interrogées considèrent que la gestion des inondations dans leur région est satisfaisante. Pour limiter le risque inondation, une idée émerge fortement : interdire les constructions dans les zones à risque (39% de citations). Limiter le goudronnage des sols (18%) et entretenir les cours d’eau (17%) sont évoqués de manière plus secondaire.

Enfin, 38% des Français font de l’éducation et de la sensibilisation de tous les publics la première des priorités pour garantir une bonne gestion de l’eau dans son milieu naturel et préserver l’état des rivières, des fleuves, des lacs et des nappes phréatiques.
Dans cette logique d’éducation, 89% des Français jugent utile la possibilité d’avoir des informations sur les gestes possibles pour participer à la préservation de la qualité des rivières, un résultat qui témoigne de la volonté (du moins au déclaratif) de s’investir à titre personnel.
Plus  globalement, les souhaits d’information sur les différents sujets liés à l’eau sont importants, signe de l’intérêt des Français pour ces problématiques.

 Consultez le dossier de presse



À voir